Plantation en Guadeloupe - © Nathanaël Mergui/Mutualité française
Plantation en Guadeloupe - © Nathanaël Mergui/Mutualité française

Chlordécone : chronique d'une catastrophe évitable

par Eliane Patriarca / janvier 2019

En 1981, lorsque le ministère de l'Agriculture homologue le chlordécone, pesticide utilisé dans les bananeraies antillaises, le produit est déjà interdit aux Etats-Unis car trop toxique. Travailleurs, population et environnement vont être durablement contaminés.

Comment ne pas penser au drame de l'amiante ? Là aussi, tout a commencé dans le milieu professionnel. Les premières victimes du chlordécone aux Antilles ont été les travailleurs agricoles, qui épandaient ce pesticide dans les bananeraies. Sous ces latitudes tropicales, c'est le plus souvent à mains nues et sans aucune protection qu'ils maniaient les granulés ultratoxiques de ce perturbateur endocrinien. Le chlordécone a permis aux planteurs de lutter contre le charançon des bananiers. Mais les 300 tonnes déversées de 1971 à 1993 ont aussi provoqué un désastre sanitaire et environnemental. La molécule s'est infiltrée dans les milieux naturels et la chaîne alimentaire : elle imprègne désormais le sang de 90 % des 800 000 Guadeloupéens et Martiniquais. Le bilan environnemental est aussi dra...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous