© Nathanaël Mergui/Mutualité française
© Nathanaël Mergui/Mutualité française

Comment l'entreprise Boyer s'est attaquée au risque chimique

par Corinne Renou-Nativel / avril 2019

Chez Boyer, une PME de Gironde qui travaille l'inox, le procédé de soudage exposait les opérateurs au chrome VI, un produit cancérogène. Une expérimentation sur la construction sociale de la prévention du risque chimique a changé la donne. Reportage.

Dans l'atelier de l'entreprise Boyer, spécialiste des portes et trappes de cuve en inox haut de gamme, les trois nouvelles cabines antibruit réservées au soudage MIG (pour "metal inert gas") isolent efficacement les opérateurs des décibels du reste des locaux. Mais elles ont surtout pour objectif d'épargner aux autres salariés la pollution atmosphérique, sonore et visuelle de la soudure. Ailleurs, l'atelier se divise en plusieurs postes, parmi lesquels le soudage à l'arc TIG (pour "tungsten inert gas"), le polissage des pièces et la dégraisseuse. Les aménagements réalisés par cette PME de Gradignan (Gironde) résultent d'une recherche-action. Point de départ : un appel à projet de recherche sur la construction sociale de la prévention du risque chimique, lancé en 2012 par l'Association p...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous