Le Conseil de l’ordre des médecins pris à son propre piège

par Rozenn Le Saint / 29 septembre 2017

Deux médecins du travail étaient jugés en appel, le 8 juin, par la chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre, dans l’affaire des plaintes d’employeurs. L’un de ces médecins a démontré qu’il ne pouvait se défendre, en vertu du respect du secret médical.

Coup de théâtre au Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom). Une centaine de médecins du travail venus manifester, le 8 juin, leur solidarité à leurs confrères Dominique Huez et Bernadette Berneron, jugés en appel par la chambre nationale disciplinaire du Cnom, ont vu son président se faire piéger. Lors de sa défense, Dominique Huez l’a interpellé : « Me demandez-vous de donner à cette chambre ce dossier médical ? » Ce à quoi le président a acquiescé. « Vous ne l’aurez-pas, car, comme vous le savez, il peut seulement vous être remis par mon patient, qui n’est pas présent », lui a rétorqué le médecin du travail aujourd’hui retraité. Impossibilité de se défendre Ainsi, il a démontré l’impossibilité, pour lui et ses pairs jugés par les instances ordinales, de se défendre suite aux ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous