© Gérard Monico/Mutualité française
© Gérard Monico/Mutualité française

Le défi de la réparation des troubles psychiques

par Rozenn Le Saint / avril 2018

Selon la Sécurité sociale, près de 20 000 affections psychiques ont été reconnues en 2016 en accidents du travail, induisant des arrêts maladie longs et coûteux. Mais le Parlement repousse une proposition de loi visant à mieux les reconnaître en maladies professionnelles.

Transparence. Pour une fois, la direction des Risques professionnels de l'Assurance maladie a mis les pieds dans le plat ! Le 16 janvier, dans son rapport "Santé travail : enjeux & actions", elle a révélé que près de 20 000 affections psychiques avaient été reconnues en 2016 au titre des accidents du travail (AT). Soit 3,2 % du total des AT, contre 1 % en 2011. La progression de ce taux reflète la hausse réelle et continue sur cinq ans des risques psychosociaux (RPS) liés au travail, alors même que le nombre d'accidents du travail d'autre nature baisse, selon la branche des risques professionnels de l'Assurance maladie   Des salariés et des médecins mieux informés Cette augmentation est aussi le résultat d'une prise de conscience générale, tant du côté des travailleurs que de celu...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également