Les femmes, des travailleurs pas comme les autres

par Catherine Omnès professeure en histoire (université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines) / octobre 2011

Maladies professionnelles. Les effets pathologiques du travail sont différents chez les femmes et chez les hommes. Est-ce affaire de biologie, de situation de travail ou de statut ? Les points de vue ont évolué, surtout à partir des années 1960.

Dès la fin du XVIIIe siècle, les discours des médecins, les autobiographies ouvrières, les articles de journalistes distinguent presque spontanément les pathologies professionnelles masculines de celles affectant les femmes, bien avant que les statisticiens ne ressentent le besoin d'introduire la variable sexe dans la construction des données de santé. Ainsi, au XIXe siècle, les canutes, ouvrières de l'industrie lyonnaise de la soie, sont particulièrement touchées par les maladies respiratoires, les dermatoses, les déformations incurables, les blessures aux mains. Au siècle suivant, des enquêtes plus globales donnent à voir, au sein des atteintes liées au travail communes aux deux sexes, des phénomènes de surexposition féminine à l'hypertension, aux varices, polyarthrites, troubles neuro...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous