© Shutterstock

Les maladies psychiques liées au travail

par Stéphane Vincent / janvier 2017

Burn-out, mal-être, risques psychosociaux, harcèlement moral... Tous ces termes, régulièrement utilisés dans notre environnement professionnel ou les médias, sont autant d'impasses pour la prévention et la prise en charge des troubles psychiques générés par le travail. En effet, ils ne permettent pas de comprendre comment ces troubles se nouent dans la façon singulière dont chaque individu, sans en être conscient, engage son histoire, ses valeurs, sa santé dans un travail toujours riche de contraintes, d'imprévus, de contradictions...

Il faut donc revenir aux fondamentaux. Quels sont les ressorts psychiques de notre engagement dans le travail ? Par quels processus peut-on basculer de la santé à la maladie ? Pourquoi les schémas classiques de prévention sont-ils inopérants ? Tout cela ramène au travail, source de souffrance ou de santé, un risque qu'on ne peut supprimer, contrairement à l'exposition au bruit... Le travail est aussi une zone de conflits rarement discutés. C'est en les mettant au jour que les salariés peuvent se réapproprier ce qui leur arrive, que la prévention, d'individuelle, peut devenir collective.

Une démarche qui nécessite que chaque acteur de la prévention et du soin revoie ses pratiques. L'enjeu est important, pour ceux qui souffrent, mais aussi pour la société. Car les coûts humains et économiques liés à la souffrance au travail deviennent exorbitants.

Des généralistes en première ligne et mal armés

par Joëlle Maraschin / janvier 2017

Face aux salariés en souffrance, les généralistes privilégient la prescription de médicaments, avant celle d'arrêts de travail. Une prise en charge peu adaptée, due entre autres choses à un manque de formation, que certains praticiens cherchent à améliorer.

Avec l'explosion des pathologies psychiques liées au travail, les généralistes sont amenés à prendre en charge de plus en plus de salariés en souffrance. Pivot des soins, le médecin traitant est le plus souvent le premier interlocuteur de ces victimes du travail. Sur ce point, l'étude Héraclès, menée en 2014 auprès de 121 praticiens du Nord-Pas-de-Calais, est éloquente. Visant à évaluer la "surveillance par les médecins généralistes de la souffrance psychique liée au travail", elle montre qu'un quart des patients en activité consultant en médecine générale présentent des troubles psychiques en lien avec leur travail. L'anxiété généralisée, la dépression et les risques suicidaires sont les maux les plus fréquents. Une enquête de 2009, réalisée par l'Institut national de prévention et d'é...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous