© Shutterstock

Managers au bord de la crise de nerfs

par Stéphane Vincent / juillet 2017

Cheville ouvrière des organisations dans le privé et le public, l'encadrant de proximité n'est pas épargné par l'intensification et la rationalisation du travail. Après tout, c'est un salarié. Mais pas comme les autres. Il doit en effet jouer ce rôle d'interface entre le haut, la direction, et le bas, son équipe. Faire appliquer des consignes conçues de plus en plus souvent loin du terrain, tout en apportant le soutien nécessaire à ceux qui doivent les appliquer. Etre auprès de ses troupes et à de multiples réunions, tout en devant renseigner les indicateurs de gestion. Préserver la santé de ses collaborateurs, tout en s'assurant de l'atteinte des objectifs fixés par l'entreprise. Autant d'injonctions qui peuvent s'avérer contradictoires, transformant le travail quotidien de régulation des encadrants, complexe mais riche de sens, en une médiation impossible. Nombre d'entre eux ont ainsi le sentiment de manager par défaut, de faire un travail de mauvaise qualité. En devant parfois rogner sur leur vie privée... ou leur santé physique et psychique. Certains ont une solution : libérer l'entreprise de tout encadrement. Un raccourci qui occulte l'importance du travail réalisé par ce dernier et que les salariés auront à gérer s'il n'existe plus. Il devient donc urgent de se pencher sur la situation des managers, car les difficultés qu'ils affrontent ont des répercussions sur les salariés et leur prévention serait bénéfique à tous.

Jurisprudence préventive sur le forfait jours

par Franck Héas professeur de droit social (université de Nantes) / juillet 2017

Dès sa mise en place, le dispositif du forfait jours a contribué à brouiller les repères en matière de temps de travail et d'autonomie. Une source de dérives que la jurisprudence a dû mieux encadrer, avec l'objectif de protéger la santé des salariés.

Le forfait jours est un mode d'organisation et de décompte du temps de travail appliqué à de nombreux salariés aujourd'hui. Il permet de mesurer ce temps, non pas en heures sur la semaine ou le mois, mais en jours travaillés sur l'année. Si le repos quotidien et hebdomadaire prévu par la loi, les cinq semaines de congés payés et le caractère chômé du 1er mai doivent être respectés, la durée maximale de travail, quotidienne ou hebdomadaire, peut être dépassée sans aucune compensation en heures supplémentaires. Les enjeux en matière de santé au travail sont donc essentiels pour les salariés concernés, qui peuvent être amenés à travailler selon ces modalités 218, voire 235 jours par an.A l'origine, le forfait jours concernait les cadres autonomes dans leur emploi du temps, aux fonctions peu...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous