© Shutterstock

Emplois low cost : quelles protections ?

par Stéphane Vincent / juillet 2016

Le vent de la déréglementation n'a pas fini de souffler sur le marché du travail. Des CDI de 60 heures par mois aux CDD d'usage, en passant par les nouveaux statuts de travailleur indépendant, tels que l'autoentrepreneuriat, de plus en plus d'actifs sont aujourd'hui confrontés à des conditions d'emploi précaires. Situées aux marges du salariat classique hérité des Trente Glorieuses, ces nouvelles formes d'emploi prétendent rendre le marché du travail plus flexible et constituer un remède au chômage de masse. Outre qu'elles assurent rarement à ceux qui les occupent un revenu suffisant pour vivre, elles s'affranchissent en général du financement de la protection sociale et rendent inopérants les droits construits au fil du temps pour garantir aux travailleurs la préservation de leur santé et de leur sécurité. Or les métiers concernés riment souvent avec pénibilité du travail et risques professionnels. Quid des effets à long terme en matière de santé pour les actifs concernés, de leur maintien dans leur activité ? Et des coûts induits, que la société devra prendre en charge ? Il devient urgent de se poser ces questions.

De l'autoentrepreneuriat à l'autoexploitation ?

par Sarah Abdelnour sociologue / juillet 2016

De plus en plus nombreux, les autoentrepreneurs doivent adopter des rythmes de travail exigeants pour pouvoir gagner leur vie, sans forcément bénéficier de protections face aux risques. Un enjeu de santé que leur statut tend à rendre invisible.

En 2009 est apparue en France une nouvelle population de travailleurs : les autoentrepreneurs. Ils sont aujourd'hui plus de 1 million. Et avec le développement actuel de l'économie dite "collaborative", selon le modèle Uber, ou celui des services en ligne - se faire livrer un repas ou encore commander un chef à domicile -, il est raisonnable de penser que le phénomène va encore prendre de l'ampleur. L'essor de l'autoentrepreneuriat est souvent pensé comme le signe, désiré ou redouté, de la fin du salariat tel qu'on le connaissait depuis plusieurs décennies. Ce nouveau régime simplifié de création d'entreprise a en effet transformé en chefs de micro-entreprises des étudiants, des salariés, des chômeurs ou encore des retraités. Mais dans quelles conditions vivent et travaillent-ils ? Et qu...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous