Dans l'enfer des tanneries au Bangladesh

par Alain Lewkowicz / juillet 2013

Si la catastrophe du Rana Plaza a mis en lumière les conditions de travail dans le textile au Bangladesh, les ouvriers du cuir sont aussi victimes de la course au moins-disant social dictée par les firmes occidentales. Reportage.

Il aura fallu les 1 100 morts de la catastrophe du Rana Plaza, à Dacca, pour que l'opinion publique occidentale entrevoie l'horreur des conditions de travail dans le textile au Bangladesh. Dans ce bâtiment insalubre aux craquements prémonitoires qui s'est effondré en avril dernier, 3 000 travailleurs, en majorité des femmes, s'entassaient pour découper et coudre tee-shirts ou autres "petits hauts" vendus à des prix imbattables dans les rayons de nos magasins et supermarchés. Plusieurs étiquettes d'enseignes françaises ont d'ailleurs été retrouvées dans les décombres. Mais pendant que les projecteurs sont braqués sur ces chaînes de sous-traitants du textile, ailleurs au Bangladesh, on continue, au nom de la réduction des coûts de production, à pratiquer l'esclavage moderne du travail. ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous