© Shutterstock

Managers au bord de la crise de nerfs

par Stéphane Vincent / juillet 2017

Cheville ouvrière des organisations dans le privé et le public, l'encadrant de proximité n'est pas épargné par l'intensification et la rationalisation du travail. Après tout, c'est un salarié. Mais pas comme les autres. Il doit en effet jouer ce rôle d'interface entre le haut, la direction, et le bas, son équipe. Faire appliquer des consignes conçues de plus en plus souvent loin du terrain, tout en apportant le soutien nécessaire à ceux qui doivent les appliquer. Etre auprès de ses troupes et à de multiples réunions, tout en devant renseigner les indicateurs de gestion. Préserver la santé de ses collaborateurs, tout en s'assurant de l'atteinte des objectifs fixés par l'entreprise. Autant d'injonctions qui peuvent s'avérer contradictoires, transformant le travail quotidien de régulation des encadrants, complexe mais riche de sens, en une médiation impossible. Nombre d'entre eux ont ainsi le sentiment de manager par défaut, de faire un travail de mauvaise qualité. En devant parfois rogner sur leur vie privée... ou leur santé physique et psychique. Certains ont une solution : libérer l'entreprise de tout encadrement. Un raccourci qui occulte l'importance du travail réalisé par ce dernier et que les salariés auront à gérer s'il n'existe plus. Il devient donc urgent de se pencher sur la situation des managers, car les difficultés qu'ils affrontent ont des répercussions sur les salariés et leur prévention serait bénéfique à tous.

L'entreprise libérée, un marché de dupes ?

par Mathieu Detchessahar professeur de sciences de gestion / juillet 2017

En supprimant l'encadrement intermédiaire, au prétexte de donner de l'autonomie aux salariés, l'entreprise libérée risque de conduire à l'abandon des équipes face aux difficultés du travail et à la seule libération du patron, débarrassé des problèmes opérationnels.

Un effacement de la hiérarchie intermédiaire, une organisation plus horizontale et des collaborateurs qui s'autodirigent en étant guidés par la "vision" d'un "leader libérateur" : c'est le projet de l'entreprise libérée. Autant dire que la position de ce courant entrepreneurial vis-à-vis des questions de hiérarchie et d'autorité est très ambiguë. D'un côté, il faut faire la chasse aux encadrants intermédiaires ou de proximité, présentés comme castrateurs à l'égard de leurs équipes car obnubilés par le commandement et le contrôle. De l'autre, il faut s'en remettre à l'inspiration d'un leader visionnaire qui éduquera ses troupes au grand dessein qu'il leur réserve, moyennant quoi elles pourront agir de façon autonome... à condition, bien sûr, de ne pas sortir de la "vision".On comprend pou...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous