© Shutterstock

Suicides à France Télécom : dix ans d'enquête

par Stéphane Vincent / 18 juin 2018

Neuf ans après une vague de suicides sans précédent, un rapport de l'Inspection du travail signalant au parquet un harcèlement institutionnel et une première plainte déposée par le syndicat Sud PTT, le procès des responsables de France Télécom est en bonne voie. Les juges d'instruction ont ordonné le renvoi pour harcèlement moral devant le tribunal correctionnel de Paris de l'entreprise elle-même, devenue depuis Orange, de son ancien PDG Didier Lombard et de six autres responsables. Au-delà du rôle de chacun, ce sont surtout les méthodes de management utilisées par l'entreprise pour faire partir les salariés "par la porte ou par la fenêtre" qui seront au cœur des débats. Des méthodes qui, à l'instar des mobilités forcées, ont déstabilisé les salariés et créé "un climat professionnel anxiogène", selon les juges d'instruction. Depuis le début, dès la création fin 2007 de l'Observatoire du stress et des mobilités forcées par des chercheurs et équipes syndicales Sud PTT et CFE-CGC, notre magazine s'est penché sur la situation des salariés, les causes de leur souffrance et les raisons pour lesquelles les dispositifs de prévention n'ont pas fonctionné. L'une de nos enquêtes, réalisée conjointement avec Mediapart, a notamment permis de révéler le "crash programme" présenté en 2006 par la direction de France Télécom à ses cadres dirigeants, élément qui s'avérera décisif pour le volet judiciaire. Ce dossier permet de remonter dans le passé et suivre le long cheminement vers le procès annoncé.

L’Inspection du travail dénonce France Télécom au parquet

par Elsa Fayner / 22 février 2010

Dans un courrier adressé à Sud PTT, dont « Santé & Travail » a eu connaissance, l'inspectrice du travail en charge de l'enquête sur les suicides chez France Télécom annonce qu'elle a adressé un rapport au parquet de Paris pour mise en danger d'autrui.

Alors que de nouveaux suicides ont endeuillé l'opérateur téléphonique, le tournant judiciaire de l'« affaire » France Télécom se précise. Selon nos informations, Mme Sylvie Catala, l'inspectrice du travail en charge de l'enquête, a remis au parquet de Paris, jeudi 11 février, un rapport nourri pour « mise en danger d'autrui et harcèlement moral du fait de méthodes de gestion de nature à porter atteinte à la santé des travailleurs ». C'est ce qu'elle explique dans un courrier au syndicat Sud PTT, courrier dont nous avons eu connaissance.

L'inspectrice du travail a donc suivi la voie de l'article 40 du Code de procédure pénale, lequel prévoit qu'un fonctionnaire qui a connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en informer le parquet. Sa consœur en charge de l'enquête sur les suicides au Technocentre de Renault Guyancourt avait utilisé la même procédure. Mais celle-ci avait débouché sur un classement sans suite, le parquet de Versailles estimant qu'il n'y avait pas lieu d'ouvrir une information judiciaire sur les faits relevés par l'Inspection.

Dans le dossier France Télécom, il semble que les infractions pointées par l'Inspection du travail soient plus étayées, d'après le courrier adressé à Sud.

La direction a été alertée à plusieurs reprises

« L'organisation du travail en vigueur durant la période 2005-2009 s'est caractérisée par la mise en œuvre de réorganisations qui ont entraîné la suppression de 22 000 emplois, la mobilité de 14 000 personnes, dont 7 500 vers des secteurs prioritaires. Le management mis en œuvre afin de parvenir à ces résultats visait à contraindre les travailleurs dont le métier n'était plus jugé utile ou prioritaire soit à quitter l'entreprise soit à changer de métier. Il visait également à faire changer les travailleurs de lieu de travail dans le cadre de réorganisations destinées à regrouper des sites de travail », écrit l'inspectrice du travail. « Durant cette période, les travailleurs de France Télécom ont (…) été fragilisés psychologiquement au point que certains d'entre eux ont développé des troubles, des états dépressifs, des pensées suicidaires et développé des pathologies ayant pu conduire certaines personnes au suicide ou à la tentative de suicide. » Sylvie Catala constate également que « la direction de France Télécom a été alertée à de nombreuses reprises tout au long de cette période (…) sur l'existence de risques psychosociaux pouvant être graves au sein de l'entreprise ». Sans chercher à évaluer les risques des restructurations sur la santé des travailleurs pour prendre les mesures de prévention nécessaires. « Ces faits contreviennent à l'obligation qui incombe à l'employeur de prendre des mesures visant à préserver la santé physique et mentale des salariés. Ils constituent des infractions (…) au Code du travail », rappelle l'inspectrice du travail, citant les deux articles concernés.

Sud, partie civile

Quelles suites le parquet de Paris, hiérarchiquement dépendant de la Chancellerie et donc du gouvernement, va-t-il donner à ce rapport ? Tout d'abord, on se rappellera que l'Etat est actionnaire majoritaire de France Télécom. Pas facile de s'ordonner des poursuites à soi-même et une certaine sévérité.

Toutefois, l'émotion suscitée par la vague de suicides chez l'opérateur, comme les maladresses de son PDG, Didier Lombard, qui avait parlé de « mode », militent plutôt pour un examen sans complaisance des infractions relevées par l'Inspection du travail.

Sans compter que l'inspectrice du travail n'a fait qu'appliquer les consignes de son ministère. En effet, en septembre 2009, la direction générale du Travail envoyait au corps de contrôle un guide intitulé « Les risques d'atteinte à la santé mentale : repères pour l'action de l'Inspection du travail ». Parmi les pistes recommandées par le ministère, figurait en bonne place le recours à l'article 40 du Code de procédure pénale, avec la rédaction d'un rapport au procureur.

Et puis, Xavier Darcos peut-il se permettre un nouveau recul, après celui de la fin de la semaine dernière, où il a été contraint de « dépublier » du site de son ministère la liste rouge des « mauvais élèves », les entreprises n'ayant pas ouvert de négociations sur le stress comme il l'avait demandé le 9 octobre dernier dans son plan d'urgence sur la prévention des risques psychosociaux ?

Dans ce contexte, l'affaire risque d'être délicate pour le procureur de la République de Paris et pour le gouvernement. Mais quoi qu'ils fassent, le tournant judiciaire paraît inévitable pour France Télécom. En effet, la Fédération Sud PTT a de son côté porté plainte, mi-décembre, contre la direction de France Télécom, pour mise en danger d'autrui et harcèlement moral. Si le procureur refuse de poursuivre ou ne répond pas, le syndicat pourra se constituer partie civile au bout de trois mois, comme le permet la procédure.

à lire également

Le rôle du CHSCT reconnu par la jurisprudence

La dernière décennie a vu les pouvoirs des CHSCT renforcés par diverses décisions de justice, obtenues pour partie suite à leur action. Une évolution jurisprudentielle qui leur permet aujourd'hui de...>>
par Loïc Lerouge juriste, membre du Centre de droit comparé du travail et de la / avril 2015