© Gérard Monico/FNMF

Le destin précaire des jeunes travailleurs

par François Desriaux / juillet 2013

Pour tenter de se faire une place au soleil, les jeunes doivent enchaîner petits boulots et intérim, ou obtenir de haute lutte un stage aussi précieux que peu rémunéré, avant d'avoir peut-être, un jour, l'immense privilège de décrocher un contrat à durée déterminée.

C'est sûr que ce parcours initiatique calme les ardeurs revendicatives des candidats à l'emploi et les conditionne très jeunes aux exigences des entreprises : un engagement personnel "corps et âme". Parfois au prix d'une usure prématurée.

Passe encore si ce chemin de croix permettait d'accéder à un emploi stable. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Le chômage des jeunes est un fléau. Mais, pour beaucoup d'entre eux, le travail aussi - surtout s'ils ne sont pas diplômés. Aux échecs et aux inégalités scolaires vont succéder des emplois précaires, des conditions de travail plus pénibles et plus éprouvantes pour la santé. Si, de surcroît, celle-ci a été malmenée par des conditions de vie difficiles, il y a peu de chances que le travail joue un rôle bénéfique d'intégration.

McDo : un engagement paradoxal dans le travail

par Damien Cartron sociologue / juillet 2013

Les jeunes équipiers de McDonald's s'investissent beaucoup dans leur travail, alors que les conditions de ce dernier sont dures. Un engagement qui tient en partie au fait qu'ils ne considèrent pas cette activité comme un "vrai travail".

Dans les restaurants McDonald's, les jeunes équipiers ne s'économisent pas. Certes, il y a un taux de départ élevé dès le premier jour de travail. D'autres partent dans la semaine qui suit. Mais une fois qu'ils ont accepté de rester, les équipiers font montre d'un engagement important dans leur activité. C'est ce qui ressort d'un travail d'observation participante de trois mois, mené il y a quelques années1 Pourtant, les conditions de rémunération de ces emplois sont peu incitatives : aucune prime de productivité, travail compté de nuit à partir de 2 heures du matin, jours fériés et dimanches payés comme des jours de semaine, heures complémentaires rémunérées sans supplément... Et les conditions de travail sont dures, notamment en cuisine, avec une forte intensité du travail. Comment do...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous