Les métiers "masculins", encore bien sexistes

par Véronique Merlin / octobre 2016

Une femme de moins de 35 ans, diplômée et exerçant un métier caractérisé comme masculin : tel pourrait être le portrait type de la victime de comportements sexistes au travail. D'où l'intérêt préventif de développer la mixité professionnelle.

Les comportements sexistes au travail sont étudiés, dans les grandes enquêtes, comme une forme des "comportements hostiles". La dimension sexiste apparaît quand la personne interrogée attribue ceux-ci - entre autres - "au fait d'être un homme ou une femme" Reste à définir les "comportements hostiles". Le problème est suffisamment grave et intime pour qu'on soit attentif à bien le cerner, dès lors qu'on veut compter les personnes concernées. L'édition 2013 de l'enquête Conditions de travail, menée par le ministère du Travail, distingue trois catégories d'atteintes : les "comportements méprisants" (quand une personne dans votre milieu de travail vous ignore, vous empêche de vous exprimer, vous ridiculise...) ; les "dénis de reconnaissance" (critiques injustes, attribution de tâches inutil...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous