Shutterstock
Shutterstock

Mieux protéger les travailleuses enceintes

par Florence Chappert responsable du projet "Egalité, santé et conditions de travail" à l'Anact Laurence Théry directrice de l'Aract Hauts-de-France, / octobre 2017

Les femmes enceintes doivent être protégées des risques professionnels incompatibles avec l'état de grossesse. Au-delà de l'application des mesures légales, la mobilisation collective des acteurs de l'entreprise favorise leur maintien dans l'emploi.

Travailler en étant enceinte peut exposer à des risques incompatibles avec la grossesse : agents chimiques ou biologiques, postures debout, déplacements, port de charges, horaires à rallonge, pauses insuffisantes... En termes de prévention, le médecin du travail a un rôle central, mais peu connu. S'il est sollicité, il peut préconiser des aménagements de poste (suppression de certaines tâches, par exemple) ou l'affectation à un autre poste (art. R. 4624-19), de façon temporaire et en fonction des risques. Pour sa part, l'employeur procède à l'évaluation des risques, si possible en collaboration avec le médecin du travail, afin d'identifier ceux auxquels il doit soustraire les femmes enceintes, par l'aménagement ou la mutation (art. L. 1225-12). Le changement d'affectation peut se faire s...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous