© Shutterstock

On a toujours besoin d'un CHSCT

par François Desriaux / avril 2015

Pour une fois, la décision de notre comité de rédaction a été unanime. Face aux menaces pesant sur le devenir du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) après la négociation sur la modernisation du dialogue social et avant la future loi sur ce thème, notre magazine a jugé nécessaire d'intervenir dans le débat.

L'enjeu est fort. Le risque existe que le texte qui sortira du Parlement amoindrisse sérieusement la capacité des représentants du personnel à jouer pleinement leur rôle dans l'amélioration des conditions de travail et la prévention des risques professionnels.

De la même façon que la rationalisation des tâches dans les entreprises et les administrations appauvrit le travail, nous craignons que la rationalisation du dialogue social n'appauvrisse celui-ci. Précisément sur les questions du travail, de son contenu et de son organisation. Au-delà des considérations matérielles - nombre d'élus et d'heures de délégation, capacités judiciaires et d'expertise - qui polariseront le débat, nous avons tenu à démontrer ici que la complexité du sujet "santé au travail" et la nécessité d'adapter la prévention au travail réel justifient à elles seules le maintien d'un lieu de dialogue social spécifique.

La nécessaire coopération des instances

par Michel Delberghe / avril 2015

Pour être plus efficaces face aux changements organisationnels et à leurs effets sur les conditions de travail et l'emploi, les instances représentatives gagnent à coordonner leurs actions. Mais chacune avec la spécificité de son approche.

Après les salaires, les conditions de travail demeurent la principale préoccupation des représentants des salariés lors des négociations dans les entreprises. Ce constat, établi par l'enquête Reponse1 de la direction de l'Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares) du ministère du Travail pour la période 2008-2011, confirme que la prise en charge de cette question n'est plus cantonnée à la seule sphère d'action des CHSCT. La multiplication des plans sociaux, les réorganisations incessantes, les changements technologiques répétés obligent les élus du personnel et les différentes instances où ils siègent à rapprocher leurs analyses et leurs points de vue. Pour autant, la confrontation des logiques économique, d'organisation du travail, de santé et de prévention des ri...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

Ages, générations : une question de travail

Plusieurs recherches se sont intéressées à la diversité des âges et des générations au travail. Avec ce souci : privilégier non les particularités de chaque catégorie d'âge, mais les problèmes de...>>
par Corinne Gaudart ergonome, chercheuse au CNRS/Lise, directrice du Centre de recherche sur l'expérience, l'âge et les populations au travail (Creapt), Serge Volkoff statisticien / octobre 2013

CHSCT, oubliez votre calculette !

Les représentants du personnel au CHSCT cherchent souvent l'appui de données chiffrées pour prouver l'existence de problèmes de santé au travail. Une démarche risquée qui ne peut remplacer l'analyse...>>
par Francis Bourdon ergonome et syndicaliste / juillet 2012