© Nathanaël Mergui/Mutualité française
© Nathanaël Mergui/Mutualité française

Les organismes de prévention sous le rabot budgétaire

par Isabelle Mahiou / octobre 2013

Malgré les promesses du gouvernement de faire de la santé au travail une priorité, la branche accidents du travail-maladies professionnelles de la Sécu, l'INRS et l'Anact affrontent la rigueur budgétaire. Et son lot de dégâts collatéraux.

Coupes budgétaires dans la branche accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale, repositionnement de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) et de son réseau. La rentrée n'est pas sereine pour ces deux institutions majeures de la santé au travail. Des choix qui laissent perplexe quant aux moyens que se donne le gouvernement pour mettre en oeuvre ses ambitions affichées - notamment lors de la grande conférence sociale - en matière de prévention, ou encore de lutte contre la pénibilité. Repères La branche accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale est financée par les employeurs. Afin d'encourager ces derniers à développer la préventi...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous