© Shutterstock

Les maladies psychiques liées au travail

par Stéphane Vincent / janvier 2017

Burn-out, mal-être, risques psychosociaux, harcèlement moral... Tous ces termes, régulièrement utilisés dans notre environnement professionnel ou les médias, sont autant d'impasses pour la prévention et la prise en charge des troubles psychiques générés par le travail. En effet, ils ne permettent pas de comprendre comment ces troubles se nouent dans la façon singulière dont chaque individu, sans en être conscient, engage son histoire, ses valeurs, sa santé dans un travail toujours riche de contraintes, d'imprévus, de contradictions...

Il faut donc revenir aux fondamentaux. Quels sont les ressorts psychiques de notre engagement dans le travail ? Par quels processus peut-on basculer de la santé à la maladie ? Pourquoi les schémas classiques de prévention sont-ils inopérants ? Tout cela ramène au travail, source de souffrance ou de santé, un risque qu'on ne peut supprimer, contrairement à l'exposition au bruit... Le travail est aussi une zone de conflits rarement discutés. C'est en les mettant au jour que les salariés peuvent se réapproprier ce qui leur arrive, que la prévention, d'individuelle, peut devenir collective.

Une démarche qui nécessite que chaque acteur de la prévention et du soin revoie ses pratiques. L'enjeu est important, pour ceux qui souffrent, mais aussi pour la société. Car les coûts humains et économiques liés à la souffrance au travail deviennent exorbitants.

Un paysage statistique des situations à risque ?

par Véronique Merlin / janvier 2017

Une étude menée à partir de l'enquête Santé et itinéraire professionnel permet d'identifier des populations et situations de travail dans lesquelles la santé psychique est plus ou moins exposée. Elle fait apparaître six grands profils.

Y a-t-il des catégories de population, des secteurs, dans lesquels les risques pour la santé psychique sont plus élevés qu'ailleurs ? Question simple, mais réponse compliquée. Selon les aspects auxquels on s'intéresse, on ne va pas forcément attirer l'attention sur les mêmes métiers. A l'échelle nationale, une approche prudente a cependant été proposée dans le cadre d'une étude, réalisée à partir de l'enquête Santé et itinéraire professionnel (voir "A lire") En rapprochant les réponses à une soixantaine d'items du questionnaire, cette étude permet de dresser six "profils" de facteurs de risque et de repérer les catégories de salariés qui y sont plus ou moins représentées. Le premier profil, celui de "faible exposition", regroupe 28 % de l'échantillon. Ces salariés se disent, dans leur t...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous