Polémique sur le risque amiante à la RATP

par Frédéric Lavignette / avril 2014

Les personnels chargés de l'entretien des rames de métro et de RER de la RATP sont exposés à une peinture amiantée, notamment sur la ligne 13. Et ce sans les mesures de prévention adaptées, selon la CGT et un médecin du travail. Ce que conteste la direction.

Lors d'une conférence de presse, le 6 février dernier, la CGT RATP a tiré la sonnette d'alarme sur l'amiante. Il s'agissait en l'occurrence de dénoncer les conditions d'intervention d'agents de l'atelier de maintenance Pleyel sur des trains de la ligne 13 du métro parisien. En cause : une peinture baptisée Insonastic, contenant de 10 % à 20 % d'amiante. Cet isolant thermique et phonique, qui recouvre le dessous des anciens trains, se craquelle avec le temps, exposant les ouvriers chargés de l'entretien des véhicules à l'inhalation de résidus contenant de l'amiante. L'atelier Pleyel n'est pas le seul confronté à cette peinture, qu'on retrouve sur près de 80 % des trains des lignes nos 3, 3 bis, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 et 13 ainsi que sur les rames des RER A et B. "Faussement rassurants"...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous