© Trappiste

Quelle médecine pour le travail ?

par François Desriaux / janvier 2018

Dès le premier article du Code du travail consacré aux missions du médecin du travail, l'ambiguïté est de mise. Il doit "éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail". Sauf à imaginer qu'il dirige les entreprises, il n'a pas le pouvoir d'éviter les risques. Tout juste peut-il surveiller, repérer, protéger et proposer, voire alerter et témoigner. C'est déjà beaucoup. Accomplir tout cela relève de l'exploit, tant les nombreuses réformes de l'institution sont passées à côté du sujet.

Ainsi, alors que la détermination de l'aptitude est un non-sens scientifique et éthique, celle-ci a survécu pour certains risques, comme le risque chimique. Franchement, peut-on être apte à être exposé à des cancérogènes ? Ainsi encore, alors que les troubles musculo-squelettiques et les risques psychosociaux constituent des problèmes de santé publique majeurs, nombre de salariés exposés ne verront plus qu'exceptionnellement un médecin du travail.

Bref, alors que les salariés n'ont jamais eu autant besoin d'un suivi médical du travail, ce dernier est réduit aux acquêts. Pourtant, la médecine du travail est un pilier de la prévention et, dans ce dossier, on vous explique comment on peut faire avec elle... malgré ses défauts.

© Trappiste
© Trappiste

Pourquoi il faut sauver le suivi médical individuel

par Mireille Chevalier Dominique Huez médecins du travail / janvier 2018

En réduisant les visites médicales, les réformes de la médecine du travail éloignent les praticiens d'une pratique clinique qui, seule, permet de saisir les enjeux de santé individuels et d'élaborer une prévention collective adaptée.

Les récentes réformes de la médecine du travail tendent à éloigner les praticiens du terrain et surtout des salariés, en espaçant de plus en plus les visites médicales. Elles orientent les professionnels de santé vers une pratique plus gestionnaire, fondée sur un suivi quantitatif de l'état de santé des populations, via des indicateurs et outils standardisés. Elles privilégient une approche préventive par les risques, pratique partagée par les préventeurs et hygiénistes. Cette approche peut être utile pour la conception des postes de travail, afin d'éviter des risques déjà identifiés, mais elle demeure aveugle au point de vue de ceux qui réalisent l'activité, aux signaux d'alerte concernant leur santé, et elle ne permet pas de saisir ce qui peut faire difficulté individuellement ou colle...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous