© Shutterstock

Demain, le travail

par Stéphane Vincent François Desriaux / octobre 2017

On peut toujours rêver d'un futur sans travail humain, où tout serait effectué par des robots1. Loin de la science-fiction, la presse relate des expériences où le développement de l'intelligence artificielle laisse entrevoir cet avenir. Après tout, la voiture sans conducteur n'est plus une vue de l'esprit, ni le robot opérant de façon plus précise que le meilleur chirurgien. Mais au regard des précédentes révolutions technologiques, ce scénario n'est pas le plus probable. En revanche, l'intrusion des nouvelles technologies dans l'industrie, les services, voire l'agriculture, a déjà des conséquences sur le travail, son organisation, les statuts d'emploi et la place du travailleur dans la société. Ce progrès est loin d'être porteur, spontanément, d'amélioration des conditions de vie et de travail. Au contraire, on peut craindre une généralisation de la précarité, de nouvelles formes d'aliénation et une perte d'autonomie, risquant de rendre les arbitrages entre emploi et santé encore plus difficiles. C'est donc dès maintenant qu'il faut inventer d'autres régulations, sociales mais aussi du travail. Le modèle de l'économie de la fonctionnalité et de la coopération, qui intègre les contraintes environnementales et valorise le travail réel, offre des perspectives. Toutefois, ce sont les acteurs sociaux et politiques qui décideront de quoi le travail sera fait demain.

  • 1.

    Ce dossier "spécial n° 100" a été réalisé avec le concours de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), en s'inspirant de son exercice de prospective sur le travail en 2040. Merci à Michel Héry et à tous ceux qui ont contribué à cette réflexion.

Qualifications : le risque d'une fracture sociale

par Thomas Coutrot économiste / octobre 2017

Le marché du travail est de plus en plus polarisé entre emplois peu et très qualifiés, avec des expositions professionnelles très différentes. Le produit d'une tendance naturelle du capitalisme, susceptible de renforcer les inégalités sociales.

Depuis vingt ans, la part dans l'emploi total des professions moyennement qualifiées a diminué, alors que celles des professions les moins et les plus qualifiées ont fortement progressé. Au total, les variations de l'emploi aux Etats-Unis pendant cette période ont affiché une forme en "U", avec au milieu un déclin relatif de la distribution des qualifications intermédiaires et, aux extrêmes, des gains relatifs. Cette polarisation des qualifications est particulièrement marquée outre-Atlantique, mais concerne aussi l'Europe, en particulier la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Les pays scandinaves se distinguent favorablement, comme souvent, avec une tendance à la hausse globale des qualifications plutôt qu'à leur polarisation. Si les emplois de qualificati...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous