Quand les allumettières mettent le feu aux poudres

par Catherine Omnès / juillet 2011

Depuis plus d'un demi-siècle, le phosphore blanc leur dévorait le visage. Dans les années 1890, les ouvriers des manufactures d'allumettes réclament et obtiennent son interdiction. Une victoire due en grande partie à la détermination des femmes.

Vers 1830, aux marges de l'industrie naissante, débute la fabrication des allumettes. Elle se définit dès le départ comme une activité paradoxalement à la fois féminine et dangereuse. Féminine, parce que le travail est simple, répétitif, minutieux, mal rémunéré et n'exige aucune qualification, autant de caractéristiques correspondant bien aux représentations sociales du travail féminin. En revanche, par son caractère dangereux, cette activité ne répond pas à l'image d'un travail féminin à l'abri des risques. Les tâches sont alors effectuées dans des locaux en général insalubres, mal ventilés, et les ouvrières, exposées aux émanations et aux éclaboussures de phosphore blanc, sont massivement victimes de deux pathologies phosphoriques souvent mortifères. L'une est le phosphorisme chronique...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous