© Emilie Seto

Ne plus rogner sur la maintenance

par François Desriaux Stéphane Vincent / juillet 2018

A force de se recentrer sur leur coeur de métier, de rationaliser les activités périphériques, voire de les sous-traiter, les entreprises ont perdu de vue qu'il fallait "bichonner" la maintenance. Dans le monde d'avant, quand techniciens et ingénieurs tenaient le haut du pavé, prendre soin des machines et des systèmes était inscrit dans les gènes. Aujourd'hui, avec la montée en puissance des gestionnaires et des financiers, la logique s'est inversée. Réduire la maintenance préventive - qui coûte cher car elle immobilise les équipements - permet d'augmenter le taux de rendement global.
Tant pis s'il s'agit d'économies de court terme, qui vont générer des pannes et une moindre qualité des produits ou des services. Nos enquêtes à la SNCF et dans le secteur informatique en témoignent. Sans parler des conséquences potentiellement graves dans les industries à risque. Tant pis aussi pour les conditions de travail et les risques professionnels. Aussi bien pour les techniciens de maintenance, qui vont devoir jouer les pompiers en intervenant dans l'urgence, que pour les opérateurs en production industrielle ou servicielle contraintes de compenser les dysfonctionnements. Prendre soin de la maintenance, prévoir cette activité dès la conception, c'est aussi prendre soin du travail et de ceux qui le font.

Quand la maintenance devient stratégique

entretien avec Sandro De Gasparo, ergonome
juillet 2018

Sandro De Gasparo, ergonome et spécialiste de l'économie de la fonctionnalité et de la coopération, considère que ce modèle productif, en privilégiant la valeur d'usage des biens, permet de revaloriser et faciliter le travail des techniciens de maintenance.

En vue notamment d'assurer une plus grande durabilité aux produits, le modèle alternatif de l'économie de la fonctionnalité mise davantage sur les activités de maintenance. Permet-il pour autant d'y améliorer les conditions de travail ? Sandro De Gasparo : L'économie de la fonctionnalité et de la coopération, ou EFC, fait en effet le pari d'une performance centrée non plus sur la vente de biens matériels et leur renouvellement permanent, mais sur leur valeur d'usage, au travers d'une intensification de la relation de service entre le fournisseur et le client. Passer de la vente d'un équipement à sa mise à disposition par un fournisseur, qui en garderait la propriété, incite l'ensemble des parties à se soucier de sa durabilité. Les activités de maintenance deviennent alors stratégiques. ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous