Car de radiographie des Houillères en 1972 - © Claude Druelle/Centre historique minier (prêt ANMT)
Car de radiographie des Houillères en 1972 - © Claude Druelle/Centre historique minier (prêt ANMT)

Retour sur la santé des gueules noires

par John Sutton / janvier 2019

Confrontés à de multiples risques et pathologies, les travailleurs des mines de charbon ont commencé par prendre en charge eux-mêmes leurs problèmes de santé, avant que le législateur ne s'en empare. Une histoire retracée par une exposition.

Poussières, manque de lumière, chaleur, bruit, travail de force, gestes répétitifs, postures pénibles, mais aussi menaces d'éboulement ou de "coup de grisou" (explosion de gaz)... Ce catalogue des risques auxquels ont été soumis les ouvriers exploitant les mines de charbon du bassin du Nord-Pas-de-Calais est largement évoqué dans "Houille... ouille, ouille", une exposition présentée au Centre historique minier (CHM) de Lewarde, dans le Nord (voir "Repère"). L'exposition évoque aussi les maladies professionnelles qui affectaient les mineurs de fond, au premier rang desquelles figurent les pathologies pulmonaires. "L'extraction du charbon et de la silice présents dans les veines entraîne un dégagement de poussières, explique Amy Benadiba, commissaire de l'exposition et directrice-conserva...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous