La santé du travailleur ne vaut pas celle du consommateur

par
© N. M./FNMF © N. M./FNMF
Dominique Huez médecin du travail
/ janvier 2012

La santé du travailleur ne vaut pas celle du consommateur. Le constat est de nouveau établi, cette fois via " l'affaire du bisphénol A ". Après l'interdiction de ce perturbateur endocrinien notoire dans les biberons, le Parlement en a décidé la suppression des contenants alimentaires à partir de 2014. Et pour les produits destinés aux enfants, ce sera en 2013. Malgré la pression du lobby agroalimentaire, le principe de précaution a joué à plein. Demain, les tétines des bébés stérilisées à l'oxyde d'éthylène, produit cancérogène, seront retirées des hôpitaux français. Et quand ces enfants seront en âge de manger de la viande, ils ne consommeront pas les vaches broutant l'herbe de Grez-en-Bouère (Mayenne) à proximité de l'usine Aprochim, qui retraite des transformateurs au pyralène : conta...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous