Service public : des travailleurs sociaux en perte de repères

par Claire Cotentin / avril 2011

Dans les caisses d'allocations familiales et les conseils généraux, les assistants sociaux se voient contraints d'appliquer des dispositifs et méthodes de travail dictés par une logique gestionnaire, peu compatible avec leur éthique professionnelle.

Manque de temps, de moyens, trop de procédures... Aujourd'hui, les travailleurs sociaux souffrent de devoir exercer leur métier dans un cadre de plus en plus contraint par une logique gestionnaire. L'exigence de résultats s'étend à tous les champs des politiques publiques. Et l'action sociale n'y échappe pas. Au sein des caisses d'allocations familiales (CAF) comme des conseils généraux se profile une nouvelle façon de penser et gérer le travail social. Ainsi, dans plusieurs conseils généraux d'Ile-de-France, les services sociaux ont séparé les fonctions d'accueil de celles d'accompagnement, en créant un " front office " et un " back office ". Avec un objectif, mesurable et communicable : réduire l'attente au guichet. Dans le meilleur des cas, les assistants des services sociaux ont pu ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous