La souffrance psychique bientôt mieux reconnue ?

par Joëlle Maraschin / avril 2017

Le rapport rendu par la mission d'information parlementaire sur le burn-out propose plusieurs mesures visant à faciliter la reconnaissance des troubles psychiques liés au travail. Les parlementaires envisagent à terme la création d'un tableau.

La reconnaissance du burn-out en maladie professionnelle, ce n'est pas pour tout de suite. La mission d'information parlementaire sur le syndrome d'épuisement professionnel a rendu public son rapport le 15 février et ses 27 propositions restent prudentes sur le sujet. La mesure phare concerne l'accès au système complémentaire de reconnaissance des maladies professionnelles. Actuellement, les victimes de troubles psychiques liés au travail, comme pour toute pathologie ne figurant dans aucun tableau, doivent présenter un taux d'incapacité permanente partielle (IPP) de 25 %. Ce qui est quasiment impossible. Afin de faciliter la reconnaissance de ces troubles, le rapport propose donc, dans le cadre d'une expérimentation sur une durée limitée, d'abaisser ce taux à 10 % ou de le supprimer. "S...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous