© Nathanaël Mergui/Mutualité française
© Nathanaël Mergui/Mutualité française

La souffrance au travail, souci intermittent des syndicats

par Rémy Ponge, sociologue, chercheur au laboratoire Professions, institutions, temporalités (Printemps) et au Laboratoire d'économie et de sociologie du travail (Lest) / avril 2019

Si, depuis 1945, la CGT puis la CFDT ont toujours reconnu les effets du travail sur la santé psychique, le traitement du sujet a été aussi irrégulier que modeste. Ce n'est qu'au début des années 2000 que les politiques confédérales en feront une priorité.

Les grandes mobilisations sociales ont rarement porté sur la santé des travailleurs. Pour autant, les syndicalistes n'ont pas négligé ce sujet. Au sein des directions confédérales CGT et CFDT, par exemple, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, des conseillers ont été chargés de s'en occuper. Ils ont agi dans l'ombre des grandes revendications et des principales figures de leur organisation et se sont efforcés d'appréhender, souvent face à une vive opposition patronale, les effets du travail sur la santé, notamment psychique. Au lendemain de la Libération, plusieurs instances de santé au travail - Sécurité sociale, médecine du travail, comité d'hygiène et de sécurité, Institut national de sécurité - sont mises en place qui transforment le rôle des organisations syndicales en c...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous