Substitution des cancérogènes : le remède miracle ?

par Henri Bastos en charge du suivi des règlements européens Reach et CLP à l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) / octobre 2012

La démarche de substitution des produits cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) est un axe majeur de prévention, avec des expériences réussies. Sauf que les produits de remplacement peuvent s'avérer eux aussi toxiques. Prudence donc.

Un nombre croissant d'initiatives liées à la substitution des agents cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), et notamment des exemples de substitutions réussies, sont régulièrement portés à la connaissance des entreprises, des préventeurs et des salariés. En France, la substitution des CMR par des substances ou des procédés non dangereux est identifiée comme un axe majeur de la prévention du risque chimique en milieu professionnel. Des outils incitatifs Depuis sa mise en ligne en 2009, le site Internet www.substitution-cmr.fr, géré par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), a vu s'accroître le nombre d'exemples de substitution. Il s'élève à plus de 200 à l'heure actuelle. La base de données est constamment mise à ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous