Toxicologie : des nanoparticules peuvent endommager l'ADN

par Jacques Romero / janvier 2010

Dans une récente étude, des chercheurs britanniques ont démontré la toxicité de nanoparticules pour l'ADN de cellules humaines. Une découverte qui vient nourrir le débat sur l'application du principe de précaution dans l'utilisation de ces matériaux.

Si l'on en sait davantage sur les risques sanitaires que peuvent présenter les nanoparticules, beaucoup d'incertitudes demeurent. Dans un rapport rendu public le 10 octobre 2008, les experts de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) recommandaient de ce fait " l'application du principe de précaution " à l'égard de ces matériaux omniprésents dans l'environnement. Une étude britannique, publiée le 5 novembre dernier sur le site de la revue Nature Nanotechnology, est venue apporter un élément nouveau et troublant au débat : des nanoparticules peuvent exercer des effets néfastes sur des cellules humaines, même protégées par une barrière cellulaire. " Nous avons montré que les nanoparticules peuvent endommager l'ADN et les chromosomes à travers une...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous