Sur les traces des cancers professionnels des dockers

par Anne-Marie Boulet / janvier 2015

Menée auprès de dockers de Nantes et Saint-Nazaire, la recherche-action Escales a démontré qu'ils ont été exposés à de multiples cancérogènes. Un atout pour la reconnaissance des atteintes professionnelles de ces salariés, et leur prévention.

Sur les docks, on meurt dix à douze ans trop tôt." C'est avec cette phrase choc que Jean-Luc Chagnolleau, docker pendant plus de trente ans sur le port de Nantes, dénonçait les risques pour la santé encourus dans les métiers portuaires lors d'un colloque sur le sujet en 2011. Atteint d'un cancer du rein, qui l'a emporté depuis, à l'âge de 55 ans, il voyait disparaître nombre de ses collègues, souvent jeunes. Les cancers lui paraissaient trop nombreux. C'est ce qui l'a poussé à créer, en 2009, l'Association pour la protection de la santé au travail des métiers portuaires (APPSTMP 44). Celle-ci a mené en 2009-2010 une première enquête auprès de 243 dockers et anciens dockers de Nantes/Saint-Nazaire : 85 signalaient être atteints d'une maladie grave et 43 étaient décédés. Soit plus d'un sal...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous