" Un traitement collectif du stress s'impose "

par Martine Rossard / avril 2008

Epidémiologiste spécialiste du stress, Michel Niezborala s'est appuyésur son expérience de médecin du travail pour corédiger Travaillersans dérouiller. Selon lui, la souffrance au travail, à débattre au seinde l'entreprise, n'est pas une fatalité.

Vous venez de publier un livre portant sur la souffrance au travail. Quels facteurs de mal-être constatez-vous en qualité de médecin du travail ? Michel Niezborala : Citons la peur du licenciement et du chômage. Ainsi que les difficultés à concilier les objectifs de productivité, de qualité, de flexibilité et les changements incessants de savoirs, de matériels, de hiérarchie, de procédures... Certains métiers ont complètement changé. Par exemple, tout employé de banque qui agissait comme conseiller technique neutre a dû se transformer en commercial, avec une part de rémunération proportionnelle aux produits placés, ce qui n'est pas sans lui poser des problèmes éthiques. Ailleurs, les grandes orientations fixées par l'entreprise se heurtent à la réalité du terrain, prenant le management ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous