Les victimes du Rana Plaza toujours pas indemnisées

par John Sutton / octobre 2013

Le 24 avril dernier, à Savar, à 30 kilomètres de Dacca, la capitale du Bangladesh, le Rana Plaza, un immeuble de neuf étages abritant des ateliers de textile, s'est écroulé, entraînant la mort de 1 129 ouvriers. Les autorités tentent aujourd'hui encore d'identifier plusieurs centaines de corps retrouvés dans les décombres. Des femmes se rencontrent régulièrement devant le site surveillé par des policiers pour s'échanger les dernières nouvelles. Leurs revendications sont écrites sur des bouts de tissu accrochés aux barrières : "Entendez notre douleur !" ou "Faites-nous vivre après avoir tué nos proches !". Difficile et complexe, le travail d'identification des corps retarde le versement des indemnités. Fin mai, les autorités bangladaises ont collecté les ADN des familles de victimes pour ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous