A Renault Flins, la parole ouvrière remonte la chaîne

par Clotilde de Gastines / octobre 2015

Les ouvriers référents de Renault Flins, élus par leurs pairs, font remonter les problèmes de qualité et de conditions de travail rencontrés sur la chaîne. Une démarche porteuse d'améliorations, soutenue par l'employeur et les syndicats

Depuis plus d'un an, sur le site de Renault Flins, dans les Yvelines, des ouvriers élus par leurs pairs - les référents - sont chargés de signaler les dysfonctionnements sur la chaîne de production, afin de préserver la santé de leurs collègues et la qualité du travail. Ce dispositif, mis en place en mai 2014 au département montage1, après une expérimentation menée sur deux ans au secteur des portes par des chercheurs du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), a été étendu depuis le mois de juin à deux autres départements : l'emboutissage et la peinture. La tôlerie l'adoptera à l'automne, l'usine entière en 2016.

Lors d'un colloque mi-juin, Jean Agulhon, directeur des ressources humaines France de Renault, et Thierry Charvet, ancien responsable du site de Flins devenu depuis directeur des performances des fabrications du groupe, ont présenté la démarche avec des chercheurs du Cnam, chiffres à l'appui. En un an, les référents ont listé 1 189 dysfonctionnements auprès des 600 ouvriers du montage. Environ 22 % des problèmes ont porté sur des questions de sécurité et d...

  • 1.

    Lire "Le travail prend la parole à Renault Flins", Santé & Travail n° 88, octobre 2014.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous