Les accidentés du travail à Paris, à la Belle Epoque

par Isabelle Lespinet-Moret maître de conférences en histoire à l'université Paris Ouest Nanterre / juillet 2012

En 1898 était adoptée la loi instaurant l'indemnisation des accidentés du travail. Mais qui étaient alors ces derniers, à quels risques avaient-ils été exposés ? Une plongée dans les archives d'hôpitaux parisiens livre quelques réponses.

Barbier Augustine, 15 ans, apprentie couturière, gare de l'Est, plaie à l'oeil. Bertrand Edouard, 30 ans, porteur Halles, insolation, trouvé sur la voie publique. Desforges Louis, 55 ans, maçon, contusion thoracique. Leroy Jean, 42 ans, employé de chemin de fer, jambe broyée. Désiré Trézaure, 33 ans, camionneur, fracture de la rotule... " Tous sont des Parisiens ou des proches banlieusards travaillant à Paris. Extraite du registre des entrées à l'hôpital Tenon daté de 1900, la liste est éloquente : tous ont été victimes d'un accident du travail. Un collègue de travail, une ambulance ou un agent de police les a amenés dans cet établissement du 20e arrondissement pour qu'ils y soient soignés, bien sûr, mais aussi, pour certains de ces blessés, afin que soit établi un certificat médical hospitalier qui permettra d'ouvrir droit à une indemnisation et à la prise en charge des soins. Et ce, en application de la loi de 1898 sur la réparation des accidents du travail (voir " Repères ").

Repères

La loi du 9 avril 1898 a créé le système de réparation des accidents du travail, dont la responsabilité sans faute est imputée à l'employeur. A compter du cinquième jour d'arrêt de travail, les ouvriers et employés du bâtiment, des chantiers, des usines, des manufactures, des transports, des mines et des carrières perçoivent du chef d'entreprise une indemnité forfaitaire plafonnée à 50 % du salaire moyen. Les frais médicaux et pharmaceutiques ainsi que les frais funéraires sont à la charge de l'employeur.

De la chute à l'écrasement

Qui sont les victimes bénéficiaires - ou non bénéficiaires, en raison de leur statut - de cette loi au cours des trois années suivant sa promulgation ? L'étude...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous