Affaire Tefal : l'Inspection du travail mise au pas ?

par Frédéric Lavignette / janvier 2016

Alors que l'entreprise Tefal qu'elle contrôlait a cherché à faire pression sur elle via sa hiérarchie, l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer vient d'être condamnée en correctionnelle. Une sanction qui sème l'émoi dans la profession.

"J'ai le sentiment d'avoir juste fait mon métier, ce qui apparemment dérange." C'est par ces mots que l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer a accueilli, vendredi 4 décembre, le délibéré rendu par le tribunal correctionnel d'Annecy. Poursuivie pour "violation du secret professionnel" et "recel de courriels" de l'entreprise Tefal, la jeune femme écope de 3 500 euros d'amende avec sursis.

Laura Pfeiffer s'est retrouvée sur le banc des accusés pour avoir voulu faire appliquer le Code du travail au sein de l'usine Tefal de Rumilly (Haute-Savoie)1. En 2013, lors d'un contrôle du site, celle-ci constate des anomalies sur l'accord des 35 heures. Au lieu de régulariser la situation, la direction des ressources humaines (DRH) se démène pour dessaisir l'inspectrice du dossier via l'UIMM, sa branche patronale. Ainsi, son supérieur sera secrètement prévenu de ses démarches. D'ailleurs, ce dernier, qui la convoque dans son bureau en avril 2013 pour une "mise en garde", lui reprochera alors de vouloir "mettre le feu" à une entreprise qui emploie 1 800 personnes.

L'objectif de la DRH...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous