© Nathadread-pictures/Nathanaël Mergui
© Nathadread-pictures/Nathanaël Mergui

Amiante : un projet de fusion à hauts risques

par Eliane Patriarca / 15 avril 2021

Le gouvernement envisage de réunir le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (Fiva) et l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam)… Pour faire des économies. Mais cette perspective suscite une levée de boucliers.

Ils ont leurs bureaux dans le même bâtiment, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Ils partagent, selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, « une mission commune » : « la réparation intégrale du dommage corporel et l’indemnisation des victimes », ainsi que des « modalités de fonctionnement ». Cela suffit au gouvernement pour projeter le rapprochement du Fonds d’indemnisation pour les victimes de l’amiante (Fiva) et de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam).
En décembre dernier, les ministères de la Santé et du Budget ont missionné l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l’Inspection générale des finances (IGF) pour évaluer les modalités de ce rapprochement. Deux scénarios étaient à l’étude : une fusion limitée à la mutualisation des fonctions support ou un « rapprochement plus étroit », « dans le respect de leurs gouvernances respectives », toujours selon les mots d’Olivier Véran. La mission a rendu son rapport en février mais le gouvernement ne l’a pas rendu public. On ne sait donc pas quel scénario sera choisi. Quant aux directeurs du Fiva et de l’Oniam, respectivement Pascale Romenteau et Sébastien Leloup, contactés par Santé & Travail,...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous