Arrêts maladie : où est le scandale ?

par
© N. M./FNMF © N. M./FNMF
Annie Deveaux médecin du travail
/ juillet 2009

" Il n'est pas normal de constater une évolution de 6,7 % des arrêts de travail. Il y en a trop. " Pour Eric Woerth, le ministre du Budget, ce n'est qu'un problème d'objectif à tenir. Il n'y a pas lieu de s'interroger. Habituellement, en période de crise, le nombre des arrêts maladie baisse. Il faut donc désigner des coupables : les médecins prescripteurs et les salariés fraudeurs.

Pourtant, dans les PME et TPE des secteurs de la production industrielle et du BTP, la réalité est un peu différente. Salariés et employeurs utilisent les périodes de moindre activité... pour réparer les corps-outils usés par le travail. Il n'est plus possible d'attendre une retraite de plus en plus lointaine, il n'y a plus guère d'espoir de voir aboutir une hypothé­tique négociation sur la pénibilité. Il reste donc le recours aux soins déjà trop longtemps différés : le congé maladie est intégré dans l'organisation du travail, la trésorerie de l'entreprise est soulagée.

Or les soins relatifs aux toujours plus nombreux troubles musculo-squelettiques génèrent des arrêts de travail prolongés. Le nombre de salariés soumis à des horaires atypiques augmente, avec des conséquences sur la santé que l'arrêt...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également