Les cancers professionnels sont toujours un fléau !

par Michel Delberghe François Desriaux / octobre 2014

5 000, 10 000 cancers professionnels par an ? Si la catastrophe sanitaire de l'amiante a fait progresser la réglementation, l'urgence d'une amélioration de la prévention et de la réparation pour les autres cancérogènes demeure toujours d'actualité.

Et si la catastrophe de l'amiante n'avait pas servi de leçon ? Ce constat, plusieurs experts ne sont pas loin de le partager. Ils se retrouveront les 27 et 28 novembre prochain, à Paris, à l'initiative de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), pour échanger sur les dispositifs de vigilance, de veille et de surveillance des expositions professionnelles aux cancérogènes. Et ils enfonceront le clou dans un ouvrage qui devrait paraître dans le même temps (voir "A lire"). Pour Michel Héry, spécialiste du risque chimique à l'INRS, coorganisateur du colloque et coordinateur de l'ouvrage précité, "la prise de conscience qu'on pouvait espérer après cette crise sanitaire et les évolutions qu'on pouvait attendre sur la prévention et la réparation des expositions concernant les autres produits cancérogènes n'ont pas eu lieu. Ni l'effet d'entraînement ni la dynamique sociale n'ont été au niveau souhaité". Pourtant, selon les résultats de la dernière édition de l'enquête Sumer (Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels), le taux de salariés exposés à au moins un produit chimique a reculé, passant de 13 % en 2003 à 10 % en 2010. Mais, selon Michel Héry, ...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

L'Anact, une fabrique des conditions de travail

Pourquoi et comment l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail, créée en 1973, s'est-elle au fil du temps emparée de certains thèmes ? Réponse au travers de trois dossiers : les...
par Anne-Sophie Bruno historienne (Centre d'études de l'emploi, université Paris 13), Sylvie Célérier sociologue (Centre d'études de l'emploi, université Lille 1) Nicolas Hatzfeld historien (université d'Evry-Val-d'Essonne) / avril 2015