© AdobeStock
© AdobeStock

Des clémentines corses sauvées dans quelles conditions ?

par Martine Rossard / 23 octobre 2020

Si l’arrivée de travailleurs marocains pour préserver la récolte de clémentines en Haute-Corse a fait l’objet de mesures strictes concernant le Covid-19, la question de leurs conditions de travail n’a guère été évoquée, malgré la pénibilité de l’activité.

Fin octobre, quelque 900 travailleurs saisonniers marocains seront arrivés sur les plantations de clémentines de Haute-Corse, pour « sauver » la récolte. Ils le font dans le cadre d’un protocole exceptionnel, négocié par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) avec la Préfecture et les autorités marocaines, validé par le Conseil interministériel de crise et dérogatoire aux restrictions d’entrée en France dues à la crise du Covid-19. « La préfecture a donné son autorisation et la Direccte [direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi] a validé les contrats, dont le nombre s’élevait à 1 300 pour la Corse l’an dernier », déclare Didier Leschi, directeur général de l’Office. Ce protocole comporte un volet de mesur...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous