AdobeStock
AdobeStock

Covid-19 : pour une indemnisation des victimes professionnelles

par Rozenn Le Saint / 07 avril 2020

L’Académie de médecine et deux associations de défense des victimes du travail demandent au gouvernement de légiférer pour faciliter la réparation des préjudices subis par les salariés et agents décédés, ou atteints de séquelles, à cause du Covid-19.

Il est temps de passer de la parole aux actes. C’est le message qu’ont voulu faire passer deux associations de victimes de risques professionnels, la Fnath (Association des accidentés de la vie) et l’Andeva (Association nationale de défense des victimes de l’amiante) à propos du Covid-19. « Nos soignants paient un lourd tribut pour sauver des vies. Tous les soignants malades seront reconnus au titre des maladies professionnelles, sans exception », a affirmé Olivier Véran, le ministre de la Santé, le 23 mars. Sauf qu’en l’état actuel du système d’indemnisation professionnelle, ça n’est pas possible. Aucun tableau de maladie professionnelle ne mentionne le Covid-19.
Alors « hors tableau, pour les personnes contaminées au travail, il n’y aurait pas de présomption d’imputabilité, fait observer Alain Bobbio, secrétaire national de l’Andeva. Et les demandeurs devraient passer par la voie du système complémentaire, c’est-à-dire devant le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (C2RMP) et démontrer qu’il y a un lien direct et essentiel entre leur exposition professionnelle et leur maladie. Très difficile avec le Covid-19, surtout en l’absence de dépistage ».

Ela

...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous