© AdobeStock
© AdobeStock

« Une démarche transparente et publique »

entretien avec Christophe Paris professeur de médecine du travail (université de Rennes)
par François Desriaux / 13 octobre 2020

Christophe Paris a présidé le groupe de travail réuni par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour définir une approche plus scientifique de l’élaboration des tableaux des maladies professionnelles. Celui-ci vient de rendre son rapport.

Comment définiriez-vous la méthode proposée par le groupe de travail que vous avez présidé à l’Anses, concernant la création et la révision des tableaux de maladies professionnelles (MP) ?
Christophe Paris :
Dans ce premier rapport, nous proposons une approche méthodologique, concernant la définition des critères utilisés pour le diagnostic d’une maladie, la description des expositions professionnelles pouvant y être associées et l'établissement d'une relation causale entre les deux. Cette approche s’appuie, pour une large part, sur des démarches de diagnostic encadrées par des recommandations de bonnes pratiques, une analyse dite standardisée, plutôt que narrative, de la littérature scientifique épidémiologique et expérimentale, une prise en compte de l'ensemble des déterminants susceptibles de majorer les expositions professionnelles et enfin sur l'établissement de relations dose-réponse. Elle intègre également un volet en sciences humaines, permettant de contextualiser chaque saisine, afin de prendre en compte les différents enjeux, en particulier juridiques ou sociologiques.

En quoi cette démarche diffère-t-elle des procédures précédentes et qu’en espérez-vous ?
C. P. :
Le...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous