Déontologie :peut-on payer un médecin du travail au mérite ?

par Pierre David médecin du travail / juillet 2010

A leur tour, les médecins du travail sont évalués, primés et doivent entrer dans le moule de la gestion des ressources humaines. Sauf que ces pratiques sont en contradiction avec les principes déontologiques qui régissent leur mission. Petit rappel de leur statut.

Les entretiens annuels d'évaluation et autres primes d'objectifs font désormais partie de la panoplie de gestion des ressources humaines. Ils sont devenus tellement " naturels " pour l'ensemble des salariés que leurs représentants dans les commissions de contrôle des services interentreprises de santé au travail, ou dans les CE des grandes entreprises qui contrôlent les services autonomes, ne trouvent rien à redire lorsqu'ils sont informés que ces modalités du management moderne s'appliquent désormais aux médecins du travail.

Pourtant, la question est loin d'être anodine. Compte tenu du rôle crucial que doit jouer la médecine du travail dans un environnement professionnel devenu très agressif pour la santé des salariés, il est nécessaire que ceux qui ont vocation à contrôler son activité maîtrisent un peu mieux les données du débat. Cela leur permettra, entre autres, d'éviter un écueil : " coller " au discours patronal selon lequel le médecin du travail serait somme toute un salarié comme les autres, qui plus est un cadre bénéficiant d'une rémunération avantageuse, avec les mêmes droits et devoirs qu'un ingénieur ou un chef de projet. Précisément non, le médecin du travail n'est...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous