Deux modèles pour identifier les risques psychosociaux

par Michel Vézina médecin-conseil à l'Institut national de santé publique du Québec et professeur au département de médecine sociale et préventive de l'université Laval à Québec. / juillet 2008

Quels sont les facteurs de risques psychosociaux pouvant être identifiés à l'occasion de l'élaboration du document unique d'évaluation des risques ? Il n'existe pas de liste toute faite pour répondre à cette question. Il est néanmoins avéré que certaines dimensions psychologiques ou sociales de l'environnement de travail peuvent avoir un effet pathogène pour les travailleurs qui y sont exposés. Et il est important que l'évaluation des risques les prenne en compte.

Deux modèles de risques psychosociaux sont reconnus universellement aujourd'hui, en raison de leur apport dans la production de connaissances scientifiques sur le lien entre certains phénomènes sociaux et psychologiques au travail et le développement de plusieurs maladies. Il s'agit des modèles dits "de Karasek" et "de Siegrist". Le premier analyse la combinaison de trois aspects du travail : la demande, l'autonomie, le soutien. Le second traite du déséquilibre entre effort et reconnaissance.

Mauvaises combinaisons. Pour le modèle de Karasek, une situation de travail caractérisée par une combinaison de demandes psychologiques élevées, d'autonomie décisionnelle faible ou de soutien social faible augmente le risque de...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

Adapter la prévention au travail

La prévention du risque cancérogène repose en général sur le respect de valeurs limites ou sur des équipements de protection. Des mesures peu efficaces sans une analyse préalable de l'activité, car...
par Alain Garrigou ergonome Brahim Mohammed Brahim médecin du travail, ergonome et toxicologue industriel / janvier 2009