© Shutterstock

Les fausses promesses de la méthode Toyota

par François Desriaux / avril 2012

Censé réconcilier l'amélioration des conditions de travail et l'augmentation de la productivité, en promouvant la participation des salariés, le lean est partout, dans l'industrie, mais aussi dans les services. Même les fonctions publiques s'y convertissent.

Adieu Taylor et Ford, vive le toyotisme, dont le lean est la théorisation ! Ce n'est pas juste un modèle de rationalisation, c'est presque une religion.

Sauf que, à l'usage, le lean ne tient pas ses promesses. Les salariés déchantent quand, au terme d'une concertation tronquée, ils souffrent dans leurs articulations du renforcement de l'intensification du travail et, dans leur tête, de devoir contenir leur expérience et leurs aspirations.

Ces travers ne sont pas le fruit de pratiques déviantes. Non, le lean est fondé sur un modèle erroné du fonctionnement de l'homme au travail, qui neutralise sa capacité d'initiative, sa créativité, son pouvoir d'agir. Autant de ressources sans lesquelles on ne peut produire de la qualité. Autant de sujets d'un débat que les représentants du personnel peuvent initier avec les salariés, pour prendre au mot les promesses du lean

La difficile posture des ergonomes

par Joëlle Maraschin / avril 2012

Le lean, avec ses méthodes d'amélioration des postes de travail, empiète sur le champ d'intervention des ergonomes et tend à restreindre leur capacité d'intervention sur l'organisation du travail. Un sujet de débat pour la profession.

Quel peut être l'apport de l'ergonomie face au lean ? Cette question a été au coeur des débats de l'édition 2011 des Journées de Bordeaux sur la pratique de l'ergonomie. Qu'ils soient intégrés aux entreprises, consultants ou intervenants extérieurs notamment auprès de comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), les ergonomes sont aujourd'hui confrontés au déploiement du lean dans de nombreuses entreprises. Avec un impact sur leurs pratiques, puisque le lean prétend intégrer une dimension d'amélioration des conditions de travail.

Des expertises obtenues de haute lutte
Joëlle Maraschin

Loin de toucher uniquement le secteur industriel, le lean est également déployé dans des entreprises prestataires de services informatiques. Les élus du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d'Outsourcing Services, filiale du groupe Capgemini, se sont ainsi démenés pendant près d'un an pour obtenir une expertise. A la tête de ce combat, René Fischer, délégué syndical CGT, raconte comment les organisations syndicales et les élus ont pu arracher cette expertise en arguant des risques psychosociaux associés à la nouvelle organisation. " Nous avons eu la chance de convaincre le médecin et l'inspecteur du travail. Ce dernier a même dressé un procès-verbal pour dénoncer l'absence de consultation du CHSCT ", précise-t-il.

Travail morcelé

A la suite de nombreux courriers à la direction et d'une déclaration en comité d'entreprise, un front commun des organisations syndicales et des élus s'est constitué et la direction a finalement accepté le principe d'une expertise. Confirmant les craintes des représentants des salariés, le rapport des experts, rendu au début de l'automne 2011, a souligné l'importance des risques psychosociaux : travail morcelé sans possibilité d'échanges entre les salariés, hiérarchie noyée dans des activités de reporting, ambiance désastreuse générée par des stand-up meetings... Des réunions quotidiennes dénoncées par René Fischer, qui les assimile à une recherche des " maillons faibles " au sein des équipes de travail. " Consciente des enjeux, la direction a décidé d'abandonner les démarches lean et d'étoffer les équipes de travail. C'est une immense victoire pour les salariés de l'entreprise ", se réjouit le militant syndical.

Le groupe a cependant assigné en justice le CHSCT d'une autre de ses filiales, Capgemini Technology Services, pour le débouter de sa demande d'expertise. Dans un jugement en référé en date du 6 janvier dernier, le tribunal de grande instance de Nanterre a considéré que le CHSCT était en droit de recourir à une expertise dans le cadre d'un projet de lean management. La méthode lean peut induire " des transformations importantes des postes de travail découlant de l'organisation du travail, des modifications des cadences et normes de productivité, voire des aménagements modifiant les conditions de santé et sécurité ou les conditions de travail ", est-il stipulé dans le jugement. Une première et un véritable camouflet pour Capgemini, dont la filiale Capgemini Consulting, comble de l'ironie, a été choisie par le ministère de la Justice pour introduire les démarches de lean management au sein des tribunaux...

Certains cabinets-conseils spécialisés dans les stratégies lean n'hésitent d'ailleurs pas à vendre leurs prestations aux entreprises en vantant une approche ergonomique. Il s'agit certes souvent d'une ergonomie dite " biomécanique ", une démarche plutôt anglo-saxonne attachée au respect de normes, telles la luminosité ou la hauteur des tables. Les ergonomes dits " de langue française ", école majoritaire dans l'Hexagone, défendent une approche plus globale, centrée sur l'analyse du travail réel, une ergonomie de l'activité plutôt que de la tâche. Et certains d'entre eux dénoncent dans le lean une instrumentalisation de l...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous