Des échanges fructueux entre chercheurs francophones

par Michel Aptel médecin physiologiste / avril 2008

C'est à Montréal, au Québec (Canada), que se tiendra les 18 et 19 juin prochain le deuxième congrès francophone sur les troubles musculo-squelettiques1. Un événement organisé par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), mais animé par le Groupe de recherche francophone sur les TMS.

Créé en septembre 1999, ce groupe vise à favoriser les échanges entre chercheurs sur les TMS. Son autre objectif est de faire connaître à l'ensemble de la communauté scientifique et des préventeurs la richesse des travaux des chercheurs francophones sur cette problématique. C'est d'ailleurs là que réside son originalité, dans cette approche " francophone " qu'il défend. Soit une approche globale du risque TMS, qui prend en compte tous les facteurs de risque, psychiques comme physiques, et place l'activité de travail au coeur de son analyse.

Projets communs. Aujourd'hui, le groupe francophone compte une vingtaine de chercheurs. Ces derniers viennent d'universités françaises, tunisiennes, belges, suisses ou québécoises, d'institutions de recherche comme l...

  • 1.

    Concernant ce congrès, voir la rubrique " Ressources ", partie " Agenda ", en page 56 de ce numéro.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous