© Amélie Laurin
© Amélie Laurin

Enseigner après la mort de Samuel Paty

par Corinne Renou-Nativel / 12 novembre 2020

L’assassinat du professeur d’histoire et géographie, le 16 octobre dernier, à la suite d’un cours sur la liberté d’expression, témoigne de difficultés que les enseignants doivent affronter souvent seuls. Un enjeu en termes de santé au travail.

Après la sidération, c’est souvent par un surcroît de combativité qu’ont réagi les enseignants après l’annonce de l’assassinat de Samuel Paty. « Beaucoup ont ressenti le besoin de réaffirmer qu’ils portent les valeurs de la République auprès des élèves, d’ouvrir les espaces de connaissance, de culture, de respect et de côtoiement du pluriel essentiels pour construire les individus de demain », assure Cécile Berterreix, professeure des écoles et formatrice à l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPE). Mais le stress et l’angoisse sont généralement montés d’un cran. « En 2015, quand Daesh avait appelé à attaquer l’école, nous avions une inquiétude qui a fini par s’effacer, relève Yannick Lefebvre, secrétaire académique du Snes-FSU à Reims. Maintenant qu’a eu lie...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous