Glyphosate : soupçon sur les expertises

par John Sutton / juillet 2016

La Commission européenne a bien essayé de prolonger de dix-huit mois l'autorisation du glyphosate, herbicide classé "cancérogène probable pour l'homme" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), mais le comité technique des Etats membres, réuni le 6 juin, n'a pas suivi. L'imbroglio se poursuit donc à propos du principal composant du Roundup, célèbre désherbant produit par la firme Monsanto.

Le 12 novembre 2015, dans un avis opposé au Circ, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait considéré comme "improbable" la cancérogénicité du glyphosate. Ce qui avait provoqué la colère de 96 scientifiques du monde entier, qui ont demandé d'"écarter les conclusions faillibles de l'Efsa" et appelé à "une étude transparente, ouverte et crédible de la littérature scientifique". En mars, six ONG ont déposé plainte contre les responsables de l'évaluation du glyphosate en Europe, pour "déni de ses effets cancérogènes". Dont Générations futures, qui a porté l'affaire devant la justice française pour "mise en danger de la vie d'autrui et tromperie aggravée". Elle a également mis en ligne (www.generations-futures.fr), le 21 avril, la première carte de France des...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous