Emmanuelle Cambois : "Une hausse inattendue des incapacités parmi les 50-65 ans"

entretien avec Emmanuelle Cambois (Institut national d'études démographiques)
par Nathalie Quéruel / juillet 2014

Cette chercheuse de l'Institut national d'études démographiques constate que certaines formes d'incapacité fonctionnelle se sont récemment accrues parmi les 50-65 ans, en particulier chez les femmes. Elle avance des explications.

Pourquoi s'intéresser particulièrement aux indicateurs d'espérance de vie en bonne santé pour les 50-65 ans ?

Emmanuelle Cambois : La surveillance de la santé des Français est essentielle pour la planification des soins. Avec le vieillissement de la population, l'attention a porté sur les plus de 65 ans, pour prévoir les besoins de prise en charge de la perte d'autonomie. Depuis quelques années, les enjeux autour d'un "vieillissement actif" ont pris de l'ampleur, avec pour objectif le maintien le plus longtemps possible de la participation à la vie sociale et au marché du travail. Cela conduit à observer aussi la bonne santé fonctionnelle des 50-65 ans, dans la dernière ligne droite de leur activité professionnelle.

Que font apparaître les données, notamment pour les femmes de cette tranche d'âge ?

E. C. : En 2008, l'espérance de vie à 50 ans était de 30 ans pour les hommes et de 36 ans pour les femmes. Avec une espérance de vie plus longue, les femmes vivent en moyenne plus d'années de mauvaise santé que les hommes : 54 % de l'espérance de vie des hommes et 62 % de celle des femmes sont vécues avec des limitations fonctionnelles physiques ou sensorielles (problèmes à...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous