" Il est urgent de transformer le travail "

par Joëlle Maraschin / janvier 2012

La CGT a organisé, le 13 octobre, une journée de débat interne sur la transformation du travail et sur la stratégie syndicale à mettre en oeuvre dans ce sens. Entretien avec Bernard Thibault, secrétaire général de la confédération.

Comment la CGT analyse-t-elle aujourd'hui les enjeux de santé liés aux modes d'organisation du travail ?

Bernard Thibault : Le constat que nous faisons est celui d'une immense détérioration de la capacité des travailleurs à intervenir sur le contenu même de leur travail, aussi bien en termes d'organisation que sur ses finalités. Les contraintes d'objectifs, de cadences et de sous-effectif amènent de plus en plus de salariés à faire, bien malgré eux, un travail de mauvaise qualité. Ce n'est pas le travail qui rend malade, mais le mal-travail. Le sentiment d'effectuer un mauvais travail est en soi générateur de pathologies. Ce constat que nous faisons est bien sûr à relier au taux de productivité horaire en France, un des plus élevés au monde. Qui plus est, les formes d'organisation aboutissent à des usures prématurées chez ceux qui sont au travail, alors qu'une partie importante de la population est en attente de pouvoir travailler.

Ces situations sont vécues d'autant plus douloureusement que les salariés ne sont plus invités à donner leur mot sur leur travail. Les entreprises ont tendance à compartimenter, avec d'un côté les stratèges et les concepteurs et de l'autre les...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous