Les inspecteurs du travail en proie à la souffrance

par
© N. M./FNMF © N. M./FNMF
Laurence Théry directrice adjointe du travail
/ avril 2012

En moins d'un an, deux inspecteurs du travail ont mis fin à leurs jours. Les témoignages d'incompréhension face à l'évolution de leur métier qu'ils ont laissés ont bouleversé les agents de ce corps de contrôle, en proie à la souffrance, à l'épuisement professionnel et au doute.

Déjà, en 2004, l'assassinat de deux contrôleurs en Dordogne avait malmené l'institution, désemparée face à la montée de la violence envers elle et au soutien relatif manifesté par les autorités politiques. Depuis, une politique du travail s'est mise en place, avec des priorités d'action et un soutien méthodologique. Mais cela ne semble pas suffisant. Face aux pressions patronales, au mécontentement des salariés, aux dilemmes posés par la complexité de cette activité, notamment concernant la stratégie des relations à développer avec les entreprises, il faut un soutien quotidien et politique.

Aujourd'hui, ces gestes désespérés font surgir des questions incontournables sur le sens du métier de contrôleur ou d'inspecteur du travail. Comment s'accommoder d'un droit moins protecteur, plus complexe à contrôler, sans cesse contesté ? Comment tenir, face aux conséquences sociales de la crise qui accroissent les...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous